C’est une légende-Raphaël Cottin

11 oct. Category: Non classé
Comments: 0

La danse aime cultiver ses archives et raconter les mouvements fondateurs de son évolution. Mais ces spectacles, Boris Charmatz présentait ses danses du XXe siècle à Garnier, s’adressent généralement aux adultes. Le Festival d’Avignon a demandé au danseur et chorégraphe Raphaël Cottin de penser une histoire de la danse pour les enfants à partir de 7 ans. C’est une légende joue jusqu’au 26 et c’est génial.

Pour la première fois, Raphaël Cottin, se met en dehors de la scène et dirige Antoine Arbeit et Nicolas Diguet. C’est une légende est un conte chronologique hyper adapté aux plus jeunes tout en étant très juste et très pertinent pour les grands.

Alors, comment raconter la danse ? En la montrant bien sûr, mais également en posant un récit, en voix off. De Louis XIV à Pina Bausch en passant par Laban, Isadora Duncan et Alwin Nikolais.

Ce spectacle ultra ludique et pédagogique remet les idées en place. Comment comprendre l’abstraction aujourd’hui si on ne s’interroge pas sur la révolution qu’a orchestrée Louis XIV en créant une Académie Royale de la Danse ? Il fallait un point de départ pour pouvoir s’en libérer et poser le pied au sol, bien à plat, loin des pointes comme Isadora Duncan, mais elle, était encore figurative. L’étape suivante, celle des lignes, arrivait…

Le duo de danseurs est très drôle. Ils commencent à faire le show avec des boules à facettes posées au sol pour donner l’illusion des lumières de Versailles et tous les deux s’amusent à danser « à la façon de ».
On révise ses classiques, on apprend qui était Laban et ce qu’on lui doit. Danser est fondateur pour la construction intellectuelle et corporelle de l’enfant. Mieux vaut le répéter et le montrer.

C’est une légende est vrai conte, dont les premiers pas sont un « Il était une fois ». Si vous êtes à Avignon avec des enfants de 7 ans et plus, courrez voir ce petit trésor d’intelligence qui se donne jusqu’au 26. Après cela, il faudra attendre le mois d’octobre. Le spectacle sera les 11 et 15 à l’Apostrophe (Cergy-Pontoise) et les 12 et 13 janvier à Vanves.

(c) Frédéric Iovino

0 COMMENTS:

There aren't comments